8 novembre 1841: Révolte d’esclaves sur le navire “Creole”

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Parmi les événements délaissés par les pages de l’Histoire “traditionnelle” et que Les Docs Afros s’emploient à revaloriser, les révoltes et insurrections d’esclaves figurent en bonne place.

Certaines ont été un échec, mais d’autres ont connu un succès retentissant, permettant aux esclaves insurgés de se libérer de leurs geôliers par la force. C’est notamment le cas de la révolte de novembre 1841 qui s’est déroulée sur le navire nommé “Creole”.

A son bord, 135 esclaves devant être vendus à La Nouvelle-Orléans. C’est un esclave du nom de Madison Washington qui mena ses compagnons à la révolte. Madison Washington était en réalité un ancien esclave en fuite qui avait été capturé alors qu’il quittait le Canada et rejoignait la Virginie pour libérer sa femme.

Dans le courant de la matinée du 7 novembre 1841, Washington ainsi que 18 autres hommes se révoltèrent, tuèrent un propriétaire d’esclaves présent sur le bateau et détournèrent celui-ci, sonnant ainsi le commencement d’une révolte majeure.

A la suite de l’insurrection, la majorité des esclaves présents sur le navire souhaitaient gagner le Liberia. Toutefois, cela ne fut possible en raison du manque de nourriture et d’eau qui risquaient de frapper l’équipage en cas de tentative (le “Creole” était alors proche de la côte Est de États-Unis). Le choix des insurgés se porta finalement sur les Bahamas.

Le gouvernement bahaméen, lorsqu’il eût connaissance du débarquement du navire sur ses côtes, le 13 novembre 1841, accueillit les insurgés en Hommes libres. Les Bahamas étant à l’époque sous domination britannique, la couronne d’Angleterre décida qu’aucun manquement à la marine britannique n’était à déplorer de la part des insurgés et qu’en conséquence, ils jouissaient donc de leur liberté sur l’ensemble du territoire britannique (incluant ses colonies). C’est la raison pour laquelle une partie des insurgés embarquèrent de nouveau pour la Jamaïque et y vécurent libres.

Pour en savoir plus:

  • George Hendrick, Willene Hendrick, The Creole Mutiny: A Tale of Revolt Aboard a Slave Ship, ed. Ivan R. Dee, 2003

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com