8 décembre 1969 : Raid de la police sur les locaux du Black Panther Party (Los Angeles)

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Les Docs Afros reviennent aujourd’hui sur un événement marquant de l’Histoire africaine-américaine. Celui-ci est considéré comme une étape décisive dans le processus de criminalisation des militants du Black Panther Party.

Quatre jours seulement après un raid de la police de Chicago – qui se termina par l’assassinat de Fred Hampton – la police de Los Angeles déclencha un raid sur les locaux du chapitre le plus important du Black Panther Party.

Le chapitre de Los Angeles fut fondé en 1968, par Alprentice « Bunchy » Carter ; assassiné au début de l’année 1969 suite à une confrontation avec des membres d’une autre organisation noire – l’US Organization – à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Aux États-Unis, les tensions entre les autorités et le Black Panther Party atteignirent leur paroxysme. J. Edgar Hoover – directeur du FBI – déclara que le Black Panther Party était une «des plus grandes menaces » pour les États-Unis et enclencha COINTELPRO ; un programme de contre-espionnage destiné à supprimer le Black Panther Party, ainsi que toute organisation perçue comme portant atteinte à la sécurité nationale.

Ainsi, en 1969, plusieurs raids policiers conduisirent à l’arrestation de plus de 300 membres du Black Panther Party. A Los Angeles, la police lourdement armée encercla les locaux du Black Panther Party en avril 1969. Alors que les Black Panthers se préparaient à une confrontation armée, l’arrivée de la presse sur les lieux obligea la police à se replier.

Le 6 décembre 1969, deux policiers affirmèrent avoir vu trois membres du Black Panther Party – Paul Redd, Duck Smith et Geronimo Pratt – en possession d’armes à feu illégales. Un mandat de perquisition pour « détention d’armes illégales » fut émis. Le raid de la police sur le QG du Black Panther Party de Los Angeles – mais aussi dans deux autres locaux du Party – débuta le 8 décembre à 3h du matin. Celui-ci impliqua 350 officiers dont la toute nouvelle unité du SWAT (Special Weapons and Tactics) fondée l’année précédente. Les Black Panthers, également armés, résistèrent durant plus de 4 heures.

Trois Black Panthers et trois policiers furent blessés durant la fusillade. Geronimo Pratt et d’autres Panthers furent arrêtés et inculpés de « complot en vue de commettre des meurtres sur des policiers ».

Pour aller plus loin:

  • Joshua Bloom, Waldo E. Martin, Black Against Empire: The History and Politics of the Black Panther Party, ed. UC Press

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com