4 février 1980 : Décès de l’écrivain guinéen Camara Laye

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

L’une des idées reçues les plus diffusées quant au continent africain stipule que la littérature et les formes de savoir écrites ne seraient que quantité négligeable au regard de la tradition orale. Afin de déconstruire cette idée reçue, Les Docs Afros vous proposent de (re)découvrir un écrivain dont les œuvres furent étudiées par plusieurs générations d’écoliers en Afrique mais aussi en Europe.

Camara Laye est né en 1928 en Guinée, qui était alors une colonie française. Fils d’un forgeron, il était d’ascendance Malinke. Camara Laye débuta son instruction à l’école coranique avant d’être envoyé dans une école mise en place par l’autorité coloniale française. Excellent élève, il fut admis à l’école Georges Poiret de Conakry dont il sortit major de sa promotion.

Ses résultats lui permirent d’obtenir une bourse d’études et, alors âgé de 19 ans, il quitta la Guinée pour la France où il suivit des études à l’école centrale d’ingénierie automobile d’Argenteuil. Sa bourse ayant une durée de seulement un an, Camara Laye dut travailler en tant que porteur et ouvrier automobile afin de subvenir à ses besoins.

C’est lors de son séjour en France qu’il rencontra d’autres étudiants noirs venus d’Afrique et des Caraïbes et commença à s’intéresser aux courants de la Négritude et du Panafricanisme. Camara Laye commença alors à écrire et publia en 1953 son œuvre la plus célèbre, L’enfant noir, qui est également une autobiographie. Le roman fut également un succès critique et Camara Laye reçut le prix Charles Veillon en 1954.

En 1956, il retourna en Guinée puis partit pour le Ghana où il enseigna dans une école française de 1957 à 1958. Suite à l’indépendance de la Guinée, en 1958, Camara Laye fut nommé ambassadeur au Ghana. Alors que la situation politique de la Guinée se dégrada, sous la présidence de Sékou Touré, Camara Laye s’installa à Dakar (Sénégal) où il devint chercheur à l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), rattachée à l’Université de Dakar (actuelle Université Cheikh Anta Diop). Ses travaux portaient sur les contes et les récits oraux africains.

Camara Laye est décédé à Dakar en 1980 des suites d’une infection rénale.

Pour aller plus loin:

  • Camara Laye, L’enfant noir, Pocket, 2007
  • Ange-Séverin Malanda, L’esthétique littéraire de Camara Laye, L’Harmattan, 2000

 

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com