3 mars 1859 : « Weeping Time », la plus grande vente aux enchères d’esclaves aux Etats-Unis

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

L’histoire de l’esclavage fait encore l’objet de nombreuses idées reçues et comporte des zones d’ombre tenaces. Certains aspects de celui-ci sont au centre des débats académiques tandis que d’autres sont plus ou moins délaissés par la communauté scientifique. Le processus de la vente d’esclaves sur les “marchés aux esclaves” a par exemple fait l’objet de plusieurs ouvrages anglophones qui nous renseignent sur le Weeping Time, la plus grande vente aux enchères de l’histoire américaine. Cette vente contribua d’ailleurs indirectement à abolir l’esclavage et servit l’argumentaire abolitionniste sur l’inhumanité du procédé.

Le Weeping Time (que l’on pourrait traduire par le « temps des pleurs » en français), est le nom qui fut attribué  à la plus importante vente d’esclaves qui s’est déroulée aux Etats-Unis avant l’abolition de l’esclavage en 1865.

Le 3 mars 1859, 436 hommes, femmes et enfants furent vendus dans un circuit hippique – certains esclaves ayant été « entreposés » durant des semaines dans les box à chevaux – de Savannah (Géorgie). Les esclaves vendus étaient la propriété de Pierce M. Butler, un planteur ruiné qui espérait ainsi régler les nombreuses dettes qu’il avaient contractées.

Pierce M. Butler avait hérité des esclaves, tous nés dans sa plantation. Les esclaves avaient été prévenus que les familles ne seraient pas séparées, famille signifiant pour les organisateurs les couples mariés ou les femmes et leur(s) jeune(s) enfant(s).

Ainsi la grande majorité des esclaves vendus ce jour-là furent séparés de leurs proches. La vente se déroula sur deux jours et rapporta la somme de 303 850 dollars, chaque esclave ayant été vendu entre 250 et 1 750 dollars.

La vente fut suivie d’une fête et Pierce M. Butler, ayant ainsi pu renflouer ses comptes, entreprit un voyage en Europe.

De l’autre côté, le Weeping Time fit la une de la presse nordiste qui le dépeignit de manière péjorative notamment pour sa déshumanisation des hommes et femmes vendu.e.s.  Cet événement et la façon dont il fut relayé par les médias de l’époque témoignait ainsi de la profonde division nationale croissante sur la question de l’esclavage.

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com