20 mai 1802: La France rétablit l’esclavage sur ses territoires d’Outre-Mer

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Les Docs Afros évoquent aujourd’hui le rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, qui eut lieu en 1802 sous l’égide de l’empereur Napoléon Bonaparte.

La première abolition de l’esclavage de 1794 eut une portée relativement limitée puisqu’elle ne couvrait effectivement que les territoires de la Guadeloupe et de Saint-Domingue (actuelle Haïti). En effet, un bon nombre d’îles ne purent bénéficier des effets de ce décret.

En Martinique, les planteurs purent ainsi étouffer les velléités de révolte grâce à la bienveillance de certains locaux hauts-placés; les côlons présents sur l’île Bourbon (Réunion) et l’île de France (Île Maurice) empêchèrent quant à eux l’application de cette décision, conservant ainsi leurs prérogatives sur les populations d’esclaves.

Suite à la rébellion initiée par Toussaint Louverture à Saint-Domingue en juillet 1801 et à sa nomination en tant que “Gouverneur Général de l’île unifiée”, Napoléon Bonaparte se décida à mener l’assaut afin de rétablir la présence française sur l’île.

Après une cuisante défaite à Saint-Domingue et une seconde en Guadeloupe (cf. Louis Delgrès et les morts de Matouba), le Premier Consul fait adopter le décret du 30 floréal An X (20 mai 1802) – poussé dans cette entreprise par Cambacérès l’avocat des planteurs – qui rétablit l’esclavage dans les colonies, selon toutes les dispositions prises avant 1789 et la Déclaration des Droits de l’Homme, qui se voulait imprégnée de l’esprit des Lumières.

A cette occasion, Napoléon Bonaparte réduisit également à néant les efforts de “l’Institution Nationale des Colonies” qui visait à promouvoir les enfants issus des colonies, sans aucune considération de leur couleur.

De fait, les élèves noirs de l’Institution ne devinrent jamais officiers, tels qu’ils devaient l’être initialement, et furent incorporés à l’armée en tant que simples “tambours”.

Pour aller plus loin:

  • Marcus Rediker, A bord du négrier: une histoire atlantique de la traite, éd. Seuil, 2013

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com