1er décembre 2015 : Les Docs Afros commémorent les victimes du Massacre de Thiaroye

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Situé dans la périphérie de Dakar (Sénégal) le camp militaire de Thiaroye fut le théâtre d’un massacre de Tirailleurs Sénégalais en 1944. Durant la Seconde Guerre mondiale, près de 140 000 Africains – dont beaucoup furent recrutés de force – ont combattu dans les troupes françaises.

Ceux-ci ont participé en première ligne à toutes les grandes phases de la guerre, du combat contre l’offensive allemande de 1940 au débarquement de Provence. Des dizaines de milliers de Tirailleurs Sénégalais furent tués durant la Seconde Guerre Mondiale et environ 50 000 d’entre eux furent fait prisonniers dans les camps allemands.

En 1944, alors que le conflit touche à sa fin, de nombreux Tirailleurs Sénégalais – parmi lesquels se trouvaient des prisonniers de guerre à peine libérés – furent démobilisés. Les soldats attendaient le paiement de leur soldes – non versées durant la guerre – et de leur prime de démobilisation ainsi que de l’accès à leur épargne effectuée durant le conflit.

René Pleven, alors ministre en charge des Colonies, leur promit de régulariser leur situation à Dakar mais des centaines de Tirailleurs refusèrent de quitter la France tant que leur situation ne fut pas totalement réglée. Ceux ayant embarqué vers Dakar, où ils furent placés dans le camp de transit de Thiaroye, ne reçurent qu’une avance sur leur prime et apprirent que leurs indemnités seraient deux fois moins importantes que celle des soldats de la métropole.

Les soldats refusèrent de quitter le camp de Thiaroye suite à cette annonce. Le général Dagnan, qui avait pourtant promis de payer toutes les sommes arriérées, donna l’ordre d’organiser une répression à l’encontre des soldats contestataires.

Ainsi, le 1er décembre 1944 à 9h30 du matin, des gendarmes et officiers français assistés par d’autres soldats coloniaux (probablement non armés), ouvrirent le feu sur les Tirailleurs du camp de Thiaroye à l’artillerie lourde.

Le nombre exact de Tirailleurs tués durant l’opération demeure inconnu. 34 autres furent arrêtés au motif de mutinerie puis furent condamnés à des peines allant de 1 à 10 ans de prison et ne touchèrent jamais leurs indemnités. Les autres Tirailleurs présents dans le camp furent transférés à Bamako (Mali). Malgré son ampleur, le Massacre de Thiaroye fait figure de grand absent des médias généralistes.

Le non traitement médiatique de l’Affaire démontre s’il en était encore besoin l’absence de considération et de reconnaissance officielle envers les soldats africains et afro-descendants ayant combattu durant la Seconde Guerre Mondiale mais aussi pendant tous les conflits où fut engagée la France avant la « fin » de sa domination en Afrique.

Pour aller plus loin:

  • Yves Benot, Massacres coloniaux: 1944-1950: la IVème République et la mise au pas des colonies françaises, éd. La Découverte, 2013.

 

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com