15 novembre 1998: Décès du militant et intellectuel Stokely Carmichael

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Les Docs Afros rendent aujourd’hui hommage à Stokely Carmichael, l’un des plus importants militants noirs américains durant les années 1960 et époux de la chanteuse Miriam Makeba.

Né à Port of Spain à Trinidad, Stokely emménage à Harlem alors qu’il est âgé de 11 ans. Il y rejoint son père, Adolphus (charpentier) et sa mère, Mabel (hôtesse sur une compagnie de transport maritime). Un peu plus tard, la famille Carmichael ainsi réunie déménage à East Bronx, ou elle côtoie des immigrés de longue date, Juifs et Italiens.

Bien que Stokely fréquente la très sélective Bronx High School of Science de New York, il est néanmoins proche du milieu des gangs new yorkais de l’époque (il était par ailleurs, le seul Noir membre des “Morris Park Dukes” qui sévissait dans son quartier). Toutefois, après avoir obtenu son diplôme de fin d’études en 1960, Stokely intègre la prestigieuse université noire d’Howard.

Dès sa première année à l’université, il participa à des “Freedom Rides” (“Voyages de la Liberté”) organisées par le CORE (Congress of Racial Equality) et fut, durant cette période, arrêté plus d’une trentaine de fois pour ses activités en tant que militant. En 1965, Stokely Carmichael était déjà un activiste chevronné par son implication au sein du SNCC (Student Nonviolent Coordinating Committee) et, l’année suivante, en devint le président.

A la suite d’un Freedom Ride, Carmichael est incarcéré; c’est lors de sa relaxe qu’il prononcera son tout premier discours relatif aux termes de “Black Power” (qu’il fut le premier à employer). Ceux-ci prônaient l’autonomie socio-économique de la population afro-américaine, à travers la réalisation d’une union de ces derniers par le biais de la reconnaissance de leur héritage culturel commun.

Alors que le “Black Power” n’était qu’un concept, c’est Stokely Carmichael qui lui donna un corps, une pensée, des mots. Notons par ailleurs que Stokely a été fortement influencé par l’ouvrage “Les damnés de la terre” de l’écrivain martiniquais Frantz Fanon, et par la rhétorique radicale de Malcolm X. Il se séparait, de fait, des idéaux de non-violence prônés par Martin Luther King.

En 1967, Carmichael céda la place de leader du SNCC à H.Rap Brown, et commença peu à peu à opérer une scission avec le Black Panther Party. Celle-ci devint officielle en 1969, lorsqu’il emménagea en Guinée en juillet de la même année, et changea son nom en Kwame Touré.

Il est décédé d’un cancer de la prostate en 1998, alors qu’il continuait de voyager et de militer à travers différents pays continent africain.

Pour aller plus loin:

  • Stokely Carmichael, Stokely Speaks: From Black Power to Pan-Africanism, Chicago Review Press, 2007
  • Peniel Joseph, Stokely Carmichael, Perseus Books Group, 2014

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com