13 janvier 1963 : Assassinat de l’indépendantiste togolais Sylvanus Olympio

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Les Docs Afros reviennent aujourd’hui sur l’histoire et le parcours du leader de l’indépendance du Togo assassiné il y a 53 ans aujourd’hui.

Sylvanus Olympio est né dans la colonie allemande du Togoland en 1902 et est issu d’une famille ayant des origines togolaises, nigérianes et brésiliennes. Il effectue ses études en Angleterre où il est diplômé de la célèbre London School of Economics.

Après des études en Droit international il est embauché comme représentant de la société Uniliver au Nigeria puis au Togo. Sylvanus Olympio commence également à s’investir en politique en adhérant au Comité d’Unité Togolaise (CUT), une organisation luttant pour l’émancipation.

En 1946 il est nommé conseiller à l’Assemblée territoriale puis en devient le président. Le Togo devient une République autonome, sous l’égide de l’ONU, en 1956 et des élections sont organisées en 1958. Celles-ci sont remportées par le CUT et Sylvanus Olympio est nommé pour former le gouvernement du pays.

Devenu Premier ministre, il conduit son pays vers l’indépendance, en 1960, est élu président l’année suivante. Sylvanus Olympio mène une stricte politique économique, marquée par l’imposition du remboursement de la dette togolaise au Trésor français. Les partis politiques d’opposition sont interdits et les contestations sont sévèrement réprimées.

Le 13 janvier 1963, le pays connait un coup d’État – le premier en Afrique de l’ère post-coloniale – et Sylvanus Olympio est assassiné par l’armée. C’est son beau-frère Nicolas Grunitzk, qui prend alors la tête du Togo. Celui-ci sera à son tour écarté du pouvoir en 1967 lors du coup d’État organisé par Étienne Gnassingbé Eyadema, un militaire ayant déjà participé au coup d’État contre Olympio.

Plus de 50 ans après les faits, toute la lumière n’a toujours pas été faite sur l’assassinat de Sylvanus Olympio notamment à cause de l’implication de la France qui, à travers la cellule africaine de Jacques Foccart, est fortement soupçonnée par la communauté internationale d’avoir apporté son aide aux putschistes.

Pour aller plus loin:

  • Zeus Komi Aziadouvo, Sylvanus Olympio: panafricaniste et pionnier de la CEDEAO, L’Harmattan, 2013

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com