11 novembre 2015: Armistice de la Première Guerre mondiale – Les Docs Afros rendent hommage aux soldats noirs

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Originaires d’Afrique, des Amériques mais aussi d’Océanie, ils furent près d’ un million de soldats noirs à combattre sous les drapeaux français, britannique, et américain durant la Première Guerre mondiale. Les Docs Afros tiennent à leur rendre hommage et à revenir sur cette page de l’Histoire de France, trop souvent occultée par le devoir de mémoire véhiculé par les instances officielles.

Ces soldats noirs s’engagèrent volontairement – à l’instar des milliers d’Afro-Américains qui rejoignirent l’armée des États-Unis – et / ou furent également recrutés de force (notamment les soldats originaires d’Afrique). Les autorités militaires françaises répondaient ainsi à une idée selon laquelle les contingents issus des colonies d’Afrique noire représentaient un formidable vivier de soldats pour la France, idée soutenue par des officiers comme le général Mangin dans son ouvrage « La Force noire » (1910) dans lequel il préconisait un recrutement massif de soldats noirs pour les guerres où serait engagée la France.

Soldats maliens. Date inconnue.

Les soldats noirs furent présents sur tous les théâtres d’opération tels que la Bataille de Verdun (1916) et la Bataille du Chemin des Dames (1917). Tous comme les autres soldats, les combattants noirs payèrent un lourd tribut d’autant que nombre d’entre furent envoyés au combat en première ligne. Toutefois, la victoire des Alliés ne fut pas pour autant synonyme d’une amélioration des conditions de vie pour les soldats noirs.

Tirailleurs kanaks. Archives de Nouvelle-Calédonie.
Tirailleurs kanaks. Archives de Nouvelle-Calédonie.

Si la plupart des Tirailleurs sénégalais sont retournés dans leur colonie d’origine et sont revenus à une position sociale inférieure, nombre de vétérans africain-américains furent victimes d’émeutes et de lynchages – lors du tristement célèbre « Red Summer » de 1919 – et furent les cibles d’une partie de la population blanche américaine. Cette dernière s’élevant contre le fait que des Noirs aient porté des armes et aient fait l’expérience d’un autre mode de vie que celui initié par la ségrégation raciale.

Harlem Hellfighters (369e régiment d'infanterie américain) de retour aux États-Unis.
Harlem Hellfighters (369e régiment d’infanterie américain) de retour aux États-Unis.

En permettant de réunir des Noirs venus de différentes régions du monde, la Première Guerre Mondiale fut également un tremplin pour le panafricanisme et de la lutte pour l’émancipation des populations noires. Ainsi en 1919, au moment où se tint le Congrès de Versailles visant à consacrer les vainqueurs de la guerre – et où aucun représentant noir ne fut convié – le Premier Congrès Panafricain fut organisé à Paris par des personnalités importantes comme W. E. B du Bois, Henry Sylvester Williams ou encore Blaise Diagne.

Arthur Roberts, soldat de l’armée écossaise, date et auteur inconnus.

Dans un contexte actuel où les populations noires sont souvent reléguées à un groupe allogène n’ayant aucune légitimité à vivre sur le territoire français et / ou européen, L’équipe des Documentaires Afros pense qu’il est aujourd’hui nécessaire de se souvenir des sacrifices consentis par nombre de soldats noirs pour la victoire et la liberté de la France et de ses alliés.

Pour aller plus loin:

  • Julien Fargettas, Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités, Tallandier, 2012
  • Richard Smith, Jamaican Volunteers in the First World War: Race, masculinity and the development of national consciousness, Manchester University Press, 2004

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com