10 novembre 1995 : Exécution du militant et écrivain Ken Saro-Wiwa (Nigeria)

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Les Docs Afros souhaitent rendre hommage à Ken Saro-Wiwa, figure du militantisme nigérian exécutée il y a tout juste 20 ans par l’armée de son pays à la suite d’un procès expéditif.

Kenule Beeson Saro Wiwa est né en 1941 à Bori, dans le Delta du Niger, au sein d’une famille dont le père était un chef Ogoni ; un peuple du Sud-Est du Nigeria. Après des études d’anglais à l’université d’Ibadan, Ken Saro-Wiwa devint professeur à l’université de Lagos puis débuta une carrière dans l’administration.

Durant les années 1980, il fut journaliste et producteur pour la télévision nigériane tout en écrivant des romans. « Sozaboy : A Novel in Rotten English », dans lequel il dénonce la corruption politique au Nigeria à travers le parcours d’un enfant soldat durant la guerre du Biafra, est une de ses oeuvres les plus célèbres. Ken Saro-Wiwa fut également le président de l’Association des Auteurs Nigérians jusqu’en 1991.

Au début des années 1990, Ken Saro-Wiwa s’engagea en faveur du peuple Ogoni et participa à la fondation du Mouvement pour la Survie du Peuple Ogoni (MOSOP). En effet depuis les années 1950, les Ogonis étaient victimes d’exactions en raison de leur résistance à l’implantation de sociétés pétrolières, notamment la compagnie Shell, sur leurs terres où d’importantes réserves de pétroles avaient été découvertes. L’exploitation des réserves de pétrole de l’Ogoniland s’accompagnait aussi d’une importante pollution face à laquelle les populations locales étaient en première ligne.

Cet engagement valut à Ken Saro-Wiwa d’être emprisonné durant plusieurs mois, sans aucun procès, en 1992. Libéré, il devint le vice-président de l’Organisation des Nations et des Peuples Non-représentés (UNPO) – une organisation internationale visant à permettre aux peuples et nations non-reconnus ou marginalisés de faire entendre leur voix – fonction qu’il occupa jusqu’à sa mort.

En janvier 1993, le MOSOP organisa une manifestation réunissant, dans plusieurs villes du Nigeria, 300 000 personnes attirant ainsi l’attention nationale et internationale sur la situation du peuple Ogoni. L’armée nigériane occupa l’Ogoniland en réponse à la manifestation. En juin 1993, Ken Saro-Wiwa fut de nouveau placé en détention avant d’être libéré un mois plus tard. En mai 1994, quatre chefs Ogoni – connus pour leur opposition à la stratégie du MOSOP – furent brutalement assassinés. Ken Saro-Wiwa ainsi que huit autres dirigeants du MOSOP furent emprisonnés durant un an, accusés d’avoir participé au meurtre des quatre chefs Ogoni.

Soutenu par des Organisations internationales militant pour les Droits de l’Homme, Ken Saro-Wiwa a reçu plusieurs distinctions durant sa détention dont le Prix Nobel Alternatif (Prix Right Livelihood). Cependant, Ken Saro-Wiwa et les huit autres leaders du MOSOP – baptisés « The Ogoni Nine » – furent condamnés à mort par pendaison lors d’un simulacre de procès où ils ne purent être défendus de manière équitable; leurs avocats ayant démissionné en signe de protestation.

Le 10 novembre 1995, les neuf militants furent exécutés par l’armée. La mort de Ken Saro-Wiwa eût un retentissement international et valut au Nigeria d’être exclu du Commonwealth. En 1996, plusieurs organisations des droits de l’Homme déposèrent des plaintes à l’encontre de la compagnie Shell accusée de crime contre l’humanité, de torture et de non-respect des droits de l’homme au Nigeria mais aussi d’avoir corrompu les personnes ayant témoigné contre les militants du MOSOP lors du procès.

Cependant, un accord financier fut trouvé, seulement quelque jours avant l’ouverture d’un procès à New York, et Shell s’engagea à verser la somme de 15,5 millions de dollars aux familles des victimes mais aussi en faveur du développement du peuple Ogoni.

Pour aller plus loin: 

  • Ken Saro-Wiwa, Sozaboy (petit minitaire), éd. Actes Sud, 2003
  • Ken Saro-Wiwa, A Month and a Day: A Detention Diary, Penguin Books, 1996

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com