2 mai 1898 : Naissance de la militante Audley Moore

0
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

La revue des Docs Afros revient aujourd’hui sur la vie et l’action d’une militante souvent oubliée des récits relatant les parcours de femmes noires célèbres. Audley Moore est cependant une activiste incontournable dont le parcours intellectuel et militant a régulièrement constitué une source d’inspiration pour de nombreuses femmes et hommes afro-descendants notamment en raison de son approche internationaliste de la lutte.

Surnommée «Queen Mother » (« Reine mère »), Audley Moore est née en Louisiane. Alors qu’elle est encore à l’école primaire, elle perd ses deux parents et met un terme prématurément à sa scolarité.

Afin de subvenir aux besoins de ses deux jeunes sœurs, Audley Moore devient coiffeuse et continue à s’instruire simultanément de façon autodidacte, en lisant notamment les œuvres de Frederick Douglass et de Marcus Garvey.

Influencée par les idées de ce dernier, Audley Moore quitte la Louisiane pour s’installer à Harlem (New York) en 1922. Harlem est alors en pleine effervescence culturelle et politique avec la Harlem Renaissance et l’Universal Negro Improvement Association (UNIA) – fondée par Marcus Garvey – dont elle rejoint les rangs.

Après la fin de l’UNIA, Audley Morre continue de militer en faveur des droits des Noirs. Elle devient ainsi la présidente de l’Association Universelle des Femmes Ethiopiennes en 1950 et participe à la fondation du Comité pour la Réparation des Descendants d’Esclaves américains et de la Republic of New Africa, une organisation militant pour l’autodétermination et la réparation des Africain-américains.

En 1957, Audley Moore présente une pétition aux Nations Unies demandant des terres et des réparations financières pour les Africain-américains ainsi qu’une aide pour ceux souhaitant s’installer en Afrique. Audley Moore militait également pour l’amélioration des conditions de vies des Noirs, notamment ceux résidant à New York.

Elle se mobilisa ainsi pour l’amélioration des conditions d’apprentissage au sein des écoles situées dans les quartiers africain-américains. En 1972, alors qu’elle assiste aux funérailles de Kwame Nkrumah, Audley Moore reçoit le titre honoraire de «Queen Mother » de la part du peuple Ashanti.

Infatigable activiste, Audley Moore continua à s’investir en faveur des Noirs jusqu’à son décès survenu en 1997.

Pour aller plus loin:

  • Rhonda Y. Williams, Concrete Demands: The Search for Black Power in the XXth Century, éd. Routledge, 2015

Pierre Désiré

Historien et réalisateur, Pierre est spécialiste d'Histoire africaine-américaine et de l'image animée. Il est également Docteur de l'Université Paris III et enseigne le cinéma postcolonial.

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com