1er Mai 1898 : Prise et pillage de Sikasso (Mali)

6
Partager Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

La revue des Docs Afros revient aujourd’hui sur le contexte de la prise de la ville de Sikasso qui eut lieu lors de la conquête du territoire de l’actuel Mali par la France.

Importante ville du sud du Mali, Sikasso a été fondée au XIXe siècle par Mansa Daoula Traoré, roi du Kénédougou qui en fit la capitale de son royaume. Le royaume de Kénédougou atteignit son apogée dans la seconde moitié du XIXe siècle sous le règne du roi Tiéba Traoré, le fils et successeur de Mansa Daoula Traoré.

Ce dernier fit alors construire un “tata” – une muraille fortifiée (voire photo) – autour de la ville afin de la protéger des assauts des troupes de Samory Touré, l’empereur du Wassoulou qui menait alors une politique d’expansion dans la région.

Le tata de Sikasso
Le tata de Sikasso

Le roi Ba Bemba Traoré, frère et successeur de Tiéba Traoré dès 1893, conclut un accord avec la France qui menait alors une série d’opérations militaires au Mali dans le but de lutter contre Samory Touré. Le colonel Marie Adéoud – alors gouverneur du Soudan français – exigea l’installation d’une garnison de l’armée française à Sikasso afin d’étendre son influence et de bénéficier d’une position stratégique sur place. Ba Bemba Traoré refusa catégoriquement et mit immédiatement fin à l’accord passé avec la France.

S’ensuivit alors une guerre entre les forces françaises et celles de Ba Bemba Traoré alors retranchées à Sikasso. Malgré l’importante résistance des troupes de Ba Bemba, le tata de Sikasso finit par céder et la ville fut finalement conquise au bout de deux jours d’affrontements. Le roi Ba Bemba Traoré mit fin à ses jours et la ville fut mise à sac par les troupes du colonel Audéoud. Un officier français décrira plus tard la prise de Sikasso comme suit: “Après le siège, l’assaut. Ba Bemba se tue. On donne l’ordre du pillage. Tout est pris ou tué.”

Environ quatre mille captifs furent alors “déplacés” par l’armée française et cette déportation donna elle-même lieu à de nombreuses exactions.

Pour aller plus loin:

  • Archives Nationales d’Outre-Mer, FM, zone fonds = SG, zone cote = SOUD/V/4, côte de référence: FR ANOM 1605 COL 4
  • Louis Tauxier, Edmond Bernus, Les Etats de Kong (Côte d’Ivoire), éd. Karthala, 2003

Narcy

Historienne de formation et passionnée d'histoire africaine et africaine-américaine, Narcy a travaillé sur le nationalisme noir aux États-Unis. Elle enseigne actuellement l'histoire-géographie dans le secondaire.

Discussion6 commentaires

  1. Bonjour ,
    Je suis plus que heureux de voir qu il y a des personnes comme vous, qui rappelle a des générations qu ils ont un passé dont ils doivent en être.
    Sur quoi ils doivent se basé pour leur présent afin de mieux affronter leur futurs
    Encore merci

  2. Quel Article !!!
    Excellent
    Je suis fier de mes sources africaines
    Nos aïeux n’ont jamais été lâches
    C’était des vaillants guerriers, Rois.
    Cela me reconforte pleinement de lire de tels articles
    Merci à vous pour cet énorme effort pour l’histoire africaine.
    Nous maliens, nous vous en remercions infiniment

Laisser un commentaire

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com